dimanche 2 avril 2017

Marked Men 5 : Rowdy - Jay Crownover

Titre : Marked Men : Rowdy
Auteure : Jay Crownover
Datr de sortie : 30/03/2017
Editeur : Hugo Roman
New adult **

Résumé :

Après que la seule fille qu'il n'ait jamais aimé lui dit qu'il ne sera jamais assez bien, Rowdy St.James frappe la poussière de ses bottes et part vivre à la hauteur de son surnom.
Un garçon old school qui recherche après du bon temps et des bons amis, Rowdy refuse de prendre quelque chose au sérieux, spécialement quand cela vient du sexe opposé. Brûlé par l'amour il n'est pas prêt à donner sa confiance une nouvelle fois à une femme. Mais ça c'était avant que sa nouvelle collège n'arrive, un fantôme du passé qui soudainement le remet en question.
Salem Cruz a grandit dans une maison où il y avait trop de règles et pas de joie, un monde de malheurs qu'elle ne peut oublier. Mais une choses de son enfance est resté avec elle, le souvenir d'un gentil petit garçon aux yeux bleus qui habitait près de chez elle et qui était amoureux de sa petite sœur.
Maintenant le destin et un vieil ami les réunis et Salem est déterminé à lui montrer "qu'il était une fois, il avait choisi la mauvaise sœur".
Une mission qui fonctionne parfaitement jusqu'à ce que la personne qui les lie ensemble apparaît, menaçant de les séparer pour de bon.

Mon Avis :

Avant de commencer je dois vous dire que ce roman, ce tome, c'est celui que j'attendais le plus depuis que j'ai lu le tome 2, l'histoire de Jet il y a déjà un an !
J'attendais déjà beaucoup Nash, c'est sûr. Mais Rowdy a ce truc dans le tome 2, qui a fait que j'en attendais beaucoup, j'avais un grand espoir sur lui, j'étais persuadée qu'il avait une personnalité du tonnerre même s'il était pourtant un des personnages les plus mystérieux de toute la bande.
On pourrait donc se dire: "oula, attention ça craint, si elle en attendait beaucoup, on risque la déception, tous aux abris !" Et bien que-nenni mon p'tit, j'ai adoré ce tome ! Avant même de le commencer, j'ai déjà eu un petit coup de cœur pour son introduction (d'ailleurs, je l'ai copié-collé sur mon compte facebook, et j'ai partagé sur twitter l'intro en VF et en anglais pour tenter de montrer à l'auteure que ce qu'elle nous dit m'a interpellée).
Bref.. Revenons-en à cette histoire, à Rowdy et Salem.. Leur histoire ne date pas d'hier, dès leur enfance, ils avaient un lien très fort, mais Salem a une sœur, Poppy et Rowdy avait certains sentiments pour elle, du coup j'avoue au départ j'avais peur de tomber dans un espèce de triangle amoureux émotionnel, j'étais donc un peu réticente, mais heureusement non. Et si le passé de Rwdy, Salem et Poppy n'est pas tout simple, le présent est tout autant compliqué. En fait c'est là qu'on voit tout le talent de Jay Crownover. Je suis complètement sous le charme de sa plume, de son imagination, de cette faculté qu'elle a à nous faire ressentir des émotions pour tous ses personnages, les anciens, mais aussi les nouveaux.
Rowdy et Salem m'ont beaucoup plu certes, avec leur passé, mais aussi leur présent, la manière qu'ils se sont prise pour réapprendre à se connaître, à se pardonner et se refaire confiance, leur façon de se rapprocher malgré les  traumatismes qu'ils se trainaient depuis des années. .. je les ai aimés, je me suis inquiétée pour eux, mais je n'ai pas adoré ce roman seulement pour ces raisons. Non, J'ai adoré tout ce qui se passe autour. Ils sont tous parfaits, toute cette bande d'amis, les Marked men, mais aussi les filles. J'ai savouré chaque moment où ils intervenaient. C'est un régal de tous les revoir, chacun à un moment donné, précis, chacun apportant une aide,un conseil, parfois même une touche d'humour. On ressent tellement bien ces liens, que j'en suis encore toute étonnée. Par exemple, jusqu'à maintenant je n'étais franchement pas fan de Asa, le frère de Ayden, du tome 2.. et même si Rome le prend sous son aile dans le tome 3, je n'étais toujours pas convaincue à la fin du tome 4. Mais finalement tout se fait en douceur, comme dans la vraie vie, j'ai appris à connaître Asa. On pourrait se dire que c'est en passant du temps avec les gens qu'on apprend à les connaître, à leur laisser une chance.. Tout ne se fait pas en un tome, et c'est ce qui me fait aimer encore plus Jay  Crownover : même si on n'aime pas une personne au départ, avec le temps on apprend à l'aimer, et du coup j'ai hâte de lire son histoire maintenant.
On découvre aussi Poppy bien-sûr, la sœur de Salem. elle aussi à son lot d'épreuve, et si au départ j'avais du mal avec elle, je me suis hyper attachée, et je suis ravie de savoir qu'elle aura aussi son tome, dans une autre série, la série spin-off, The saints of Denver).

En résumé, je dirai que j'ai tout aimé. Pas seulement l'histoire, l'intrigue mais bien plus que ça, j'aime cet l'univers, j'aime ces personnages, les messages que l'auteure nous fait passer... En fait, avec ce tome, c'est officiel, Marked Men est ma série New Adult préférée ..avec Marked Men 5, ce n'est pas un tome coup de cœur, mais une série coup de cœur !!
 
 Mes avis des tomes précédents :
  1. Marked Men Saison 1 : Rule
  2. Marked Men Saison 2 : Jet 💟
  3. Marked men Saison 3 : Rome
  4. Marked men Saison 4 : Nash 

 

💖💖 Ma Note : 19/20 💖💖



Extraits :
INTRODUCTION
À tous ceux qui ne connaissent pas mon histoire, pour faire court, je pensais avoir tout prévu dans la vie. Je pensais être sur la voie où je devais être. Je pensais faire ce que j’étais supposée faire et je pensais qu’en retour, j’allais vivre un rêve et avoir le « ils vécurent heureux » classique.
Sauf que non. La voie que je devais réellement suivre était infiniment différente. Mon « ils vécurent heureux » n’était pas fait d’amour et de mariage, mais d’une nouvelle carrière et d’une grande aventure dont je n’avais pu que rêver, beaucoup plus jeune. En réalité, ce que je pensais être ma destinée était un statu quo, un rythme quotidien dans lequel j’étais tombée car je ne connaissais rien d’autre, et honnêtement, j’avais simplement peur de ce qui était extérieur à ma zone de confort, dans laquelle j’étais depuis trop longtemps.
Eh bien, terminé ! Ce que j’étais destinée à faire est bien mieux, bien plus exigeant, bien plus enrichissant et épanouissant que le statu quo. Je me réveille tous les matins reconnaissante que ma voie ait changé aussi drastiquement. C’est vrai, cela a été dur sur le moment. Cela a été l’une des pires périodes de ma vie et l’un des parcours les plus terrifiants, mais en étant sortie plus forte, totalement indépendante, et avec une créativité absolument épanouie, je ne peux que dire merci à l’univers d’avoir secoué tout cela.
Ce n’est pas grave d’avoir peur, je pense vraiment que c’est comme cela qu’on sait que ce que l’on est censé faire est important, mais c’est grave de ne pas trouver cette chose que l’on est censé faire parce qu’on a peur de l’inconnu, parce que la voie la moins empruntée est intimidante et sombre. Acceptez le changement, trouvez votre passion, sachez d’où vient votre véritable joie, et faites-le jusqu’à la fin des temps. Vivez la vie que vous auriez toujours dû vivre. Honnêtement, rien sur Terre ne vous rendra plus heureux ou plus reconnaissant.
Lancez-vous et soyez vous-même. L’univers adore ces conneries ! :-)
– Je ne suis pas perturbé. C’est juste que je n’ai rien à lui dire. C’est long, dix ans. C’est une inconnue.
Et tout ce que j’aurais pu lui dire ne serait pas sorti comme il le fallait, de toute manière. Les mots auraient été mélangés à la rage et aux souvenirs. Jet m’a jeté un regard et a pointé sa bière ouverte vers moi.
– D’accord. C’est une inconnue, une inconnue super sexy, et au lieu de lui parler ou de la draguer comme tu le ferais en temps normal, tu fais le mec bizarre et muet. Nan, pas perturbé du tout.
J’ai songé à lui ouvrir le crâne avec la queue de billard, mais j’aimais bien Ayden, sa femme, et je ne voulais pas qu’elle s’énerve contre moi.
Pour une fois, il n’y avait aucune trace de colère dans ses yeux. Je l’ai vu clairement, en une fraction de seconde. La raison pour laquelle il y avait tant de distance et d’agressivité entre nous. La raison pour laquelle il ne supportait pas que je sois de retour dans sa vie était soudain évidente dans cette mer de bleu sur bleu. Quand Rowdy me regardait, il ne voyait que le passé et ce qui l’avait fait souffrir à l’époque, la perte qu’il avait ressentie à cause de moi et le chagrin d’amour que ma sœur avait provoqué. Mais moi, quand je le regardais, je ne voyais que l’avenir et toutes les promesses et les possibilités liées au grand bonhomme sexy, blond et tatoué qu’était Rowdy St. James adulte. D’une façon ou d’une autre, nous allions devoir nous mettre sur la même longueur d’onde si je voulais avoir une chance de lui montrer qu’il y avait une vie après l’unique et une vie après la perte. Surtout si l’unique n’était pas la personne qu’il lui fallait depuis le début, et que la perte était en face de lui et voulait se racheter.
- J’ai fait des efforts une fois. Plus d’efforts qu’aucun jeune homme ne devrait avoir à en faire, et ça m’est retombé sur la gueule. Fini, les efforts… Maintenant ça se résume à un bon moment pour moi et un super moment pour elle. Tout le monde est gagnant.
Zeb a fait un bruit et a hoché la tête quand Asa lui a demandé s’il voulait un autre verre.
– Une fille t’a blessé il y a longtemps, donc ça veut dire que toutes les filles en sont capables ? Je dois dire que je te croyais plus intelligent que ça.
Il commençait à m’énerver. Nous étions censés être frères d’armes, les frères avant les meufs, et tout ça. Je ne lui avais pas demandé de passer la soirée ensemble pour qu’il me balance mes quatre vérités.
– Tu ne comprends pas.
Il a levé les yeux au ciel.
– Ah non ? J’étais fiancé quand je me suis fait arrêter. J’aimais cette fille à en crever. Elle m’a dit qu’elle attendrait, que j’étais son grand amour et que même les barreaux et le temps ne pourraient pas nous séparer. Au bout de deux mois, elle a arrêté de venir me voir, et six mois après, elle se fiançait avec un skieur professionnel. Maintenant, elle a deux gamins et un monospace. Tu crois que ça veut dire que toutes les femmes sont comme ça ? Qu’il n’y en a pas une, quelque part, qui attendrait vraiment si elle m’aimait ?
Nous nous sommes regardés un moment jusqu’à ce qu’il secoue la tête.
– Moi, si. Je crois qu’il y a des femmes bien qui restent aux côtés de leur homme quoiqu’il arrive. Je crois qu’il y a une femme quelque part qui n’en aura rien à foutre que j’aie été en prison et qui m’aimera quand même, et qui sera prête à voir ce que j’ai à offrir maintenant. D’accord, tant que je ne l’ai pas trouvée, je n’ai aucun scrupule à me contenter de ce qui est facile ; la facilité doit avoir sa place et peut offrir un bon moment. Mais quand ça devient dur, quand la fille vaut le coup, je n’ai pas peur de me mettre au boulot.
Il a ri.
– Et j’aime ce boulot, surtout si c’est du travail manuel.
 
 – Il n’y a qu’une seule première fille qui détient ton cœur. La première donne le ton pour tout le reste, et toutes celles qui viendront après.
Je n’avais moi-même pas l’air très sûr de ce que je disais et ce n’était plus seulement à cause de l’alcool.
  Asa s’est arrêté et s’est penché sur le bar, en face de moi, et a tendu le bras pour me faire une pichenette entre les deux yeux. Je l’ai insulté en reculant la tête.
– Tu es un idiot. Il y a million de premières filles, pour un million de choses différentes. Il y a la première fille avec qui tu danses un slow, et la première avec qui tu couches. Il y a la première fille qui t’embrasse, et la première que tu présentes à ta mère.
  Ses yeux ambrés se sont allumés, amusés.
– Il y a la première fille avec qui tu te bats, et la première fille pour qui tu te bats. Il y a aussi la première fille que tu dois laisser partir. Il y a la première fille que tu aimes, évidemment, et la première fille qui te brise le cœur. Il y a toujours une première fille, Rowdy, mais il y a aussi la fille qui va venir après ; jusqu’à ce que tu arrives à la dernière fille. La dernière, c’est celle qui compte vraiment.
 [...]
– Vous êtes nuls, les gars. Je voulais juste me bourrer la gueule et tirer mon coup.
 
 – Oui. Poppy n’a pas seulement dit non, elle a pris tout ce que je pensais savoir de l’amour et l’a déchiré de l’intérieur. Les morceaux de mon cœur étaient si minuscules quand elle a fini que je ne me suis pas embêté à les chercher. Donc non, Salem, je ne suis plus amoureux de Poppy. Elle m’a brisé et je n’ai pas essayé d’aimer qui que ce soit depuis. 
 
 – Pour un petit garçon de dix ans, tu étais la plus belle chose jamais vue. Tu étais déchaînée, tapageuse, et tu semblais n’avoir peur de rien. Je savais que tu détestais être chez toi, tu détestais toutes les règles que tes parents t’imposaient, mais tu n’as jamais laissé ça t’empêcher de t’amuser et d’être pleine de joie. Je voulais juste être avec toi tout le temps parce que c’était comme si les rayons chauds du soleil touchaient tout ce qui était froid en moi. Tu étais la seule personne à me donner l’impression que j’avais le droit d’être un gamin paumé, en colère que sa mère ait été tuée. Tu ne m’as jamais donné l’impression que je devais me confondre en gratitude pour le minimum vital que l’univers avait jugé utile de déposer à mes pieds. Tu étais tout pour moi, et puis tu n’étais plus là, et je me suis retrouvé perdu comme avant.
 
Je vais arrêter là, pour garder du suspens, je n'ai mis que quelques passages du début du roman.. J'en ajouterai peut-être plus tard ;)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...