lundi 25 juillet 2016

India place - Samantha Young

Titre : India place (Dublin street #4)
Auteur : Samantha Young
Date de sortie : 06/07/2016
Editeur : J'ai lu
New adult **



Résumé :

Étudiante, Hannah fait la rencontre de Marco, un Américain d’origine italienne, venu s’installer pour d’obscures raisons à Édimbourg. Petit à petit, ils se lient d’une profonde amitié qui, chez la jeune fille, évolue bientôt vers une passion qu’elle garde secrète. Est-ce fou d’envisager une quelconque relation amoureuse avec Marco ou bien a-t-elle des raisons d’y croire ? Quand enfin elle ose lui avouer ses sentiments, il se trouble, puis la fuit. Cinq ans plus tard, lors d’un mariage, ils se croisent de nouveau. Qui sait, les désirs de Hannah deviendront peut-être réalité…

Mon Avis :

Tout d’abord je tiens à remercier le blog http://oiseausecret.canalblog.com/ de Le monde de Francesca (et les éditions J'ai lu bien sûr!), qui m'a permis de lire ce roman grâce à son super concours.

Depuis le premier tome de cette série, Dublin street, je suis toujours conquise par les histoires de Samantha Young.. Je vais être directe : même si India place n'est pas mon préféré, l'histoire de Marco et Hannah est dans la lignée de ses 3 grands frères (Dublin street, London road et Jamaica lane)

Durant 150 premières pages, j'ai eu pourtant du mal à m'attacher à Hannah.. Faut dire que pour ce roman, nous avons droit à des passages en italiques nous racontant le passé de Hannah et Marco, et je les ai trouvés assez longs, mais  au fil des pages, on comprend pourquoi l'auteure a choisi de nous donner ces flashback de cette manière-là, et contrairement à d'autres romans du même genre, ces flashback, avec du recul, tombaient vraiment pile au bon moment, parfaitement bien.

Concernant les personnages, Hannah m'a franchement agacée, à plusieurs reprises, j'ai eu du mal à la comprendre et j'avais parfois envie de la secouer.. Marco lui, même s'il ne m'a pas paru extraordinaire au point de remporter le badge de BookBoyFriend, a quand-même son charme et j'ai surtout aimé sa détermination, sa façon de ne rien vouloir lâcher..

En fait, ce que j'ai aimé le plus je pense, c'est que tout a une raison d'être.. Marco a sa vie, son passé, ses épreuves, et Hannah aussi de son côté... Tout n'est pas si simple pour nos 2 loustics, et j'ai trouvé que l'auteure a vraiment réussi à nous montrer leur évolution au fil du temps..
Puis j'étais aussi très heureuse de retrouver toute la petite bande des tomes précédents : le fait de voir qu'ils ont tous leurs petites familles qui s'agrandissent, c'est trop chou !

Exceptionnellement, j'ai surtout eu un coup de cœur pour Cole, le frère de Jo (de London Road) le meilleur ami de Hannah.. Et Braden quant à lui m'a encore fait sourire.. Ce type vraiment, c'est le meilleur de toute l'équipe :D

En conclusion, j'ai vraiment beaucoup aimé finalement, ma lecture s'est faite comme en crescendo.. petit à petit j'ai aimé de plus en plus : il faut du temps pour que tout se mette en place, mais ce n'est pas les montagnes russes ni en dents de scie, on monte on monte, pour se terminer comme il se doit, comme les précédents tomes..

Une chose est sûre du coup : j'ai hâte de lire le tome 5, sachant qu'il s'agira de Cole :D

Ma Note : 16/20


 OR


Extraits :
Quand on était gamins, j’étais amoureux de toi.

Surprise, satisfaction, soulagement, joie intense… tout cela se mélangea en moi tandis que j’écarquillais des yeux surpris en entendant sa confession inattendue.
— Je le suis toujours resté, Hannah. (Il posa son front contre le mien.) Et maintenant que j’ai réappris à te connaître, je suis encore plus dingue de toi.
Oh, merde. Ma gorge se noua. Je savais que je l’étais aussi, je le savais, seulement je n’étais pas encore prête à le dire.
— Chut, murmura-t-il en sentant ma crispation. (Il m’embrassa tendrement.) Tu n’es pas obligée de me le dire maintenant. Je voulais juste te faire connaître mes sentiments. Rien ne pourra les changer. (Ses yeux cherchèrent les miens.) Quoi que tu aies ressenti tout à l’heure, arrête. Je ne veux plus que notre passé te fasse souffrir. C’est arrivé. On ne peut plus revenir en arrière. Mais nous sommes maintenant. Et le présent est tellement agréable.




— Han…
— Je t’ai envoyé des tas de signaux horriblement contradictoires. (Je me libérai de son étreinte, imposant une distance nécessaire entre nous.) Je suis navrée. Vraiment, vraiment navrée. Mais je dois y mettre un terme. Ce n’est juste ni pour toi ni pour moi. Il faut qu’on arrête.
— Ou alors, tu pourrais reconnaître que tu flippes à l’idée de me laisser une autre chance de te prouver que tu n’as pas à avoir peur. Que toi
et moi, ça peut marcher.
Je secouai la tête et fis un vaste geste du bras pour désigner la situation dans laquelle nous nous trouvions.
— On nage en plein psychodrame.
— Ah ouais ? rétorqua-t-il. Et alors ? Tout le monde connaît des drames. Mais on s’en relève.
Il essaya de combler l’espace nous séparant, mais je me reculai derechef. Cela le mit en rage.
— Tu sais quoi ? J’ai merdé, il y a cinq ans. Dans les grandes largeurs. Et je ne me le pardonnerai sans doute jamais. Mais je ne peux pas me battre si tu ne veux pas te battre à mes côtés. Tu sais ce que ça me fait de te quitter chaque soir ? Ça me rappelle le connard qui t’a plantée il y a cinq ans. Et je refuse de rester ce gamin-là. (En deux enjambées, il put poser les mains sur mes épaules.) Fini de jouer, Hannah. S’il te plaît. Stop. Soit tu acceptes de saisir cette chance avec moi, soit tu refuses et je disparais pour de bon.
Son ultimatum me tétanisa. La peur me paralysait.
Un voile de douleur recouvrit les prunelles de Marco, qui me lâcha doucement. Figée sur place, incapable de le retenir, je le regardai se diriger vers la porte pour la déverrouiller.
— Tu ferais mieux d’aller rejoindre Cole et moi, mon rencard.
— Marco… (Mes lèvres avaient bougé d’elles-mêmes pour prononcer son prénom, l’implorant de comprendre.) On n’arrête pas de se faire du mal.
— Non. (Il me jeta un regard par-dessus son épaule et je tressaillis de le voir ainsi au supplice.) Je t’ai fait du mal sans le vouloir. Depuis, tu nous fais volontairement souffrir tous les deux. (Il poussa un soupir, semblant incapable de couper définitivement les ponts, et ajouta :) Ma chérie, si tu reviens un jour à la raison, tu sais où me trouver. Mais je ne t’attendrai pas éternellement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...