vendredi 26 octobre 2018

Aime moi je te fuis - Morgane Moncomble

Titre : Amie-moi je te fuis
Auteure : Morgane Moncomble
Date de sortie : 25/10/2018
Editeur : Hugo Roman
New Adult *

Résumé :

Le premier qui tombe amoureux a perdu.

Tout le monde sait que la meilleure façon d'oublier son ex est de s'envoyer en l'air avec un inconnu. Non ? En tout cas, Zoé en est persuadée. Justement, elle trouve l'homme parfait pour le job dans un bar irlandais : un sourire idiot, un corps parfait et un pull de Noël ridicule, que demander de plus ? Zoé l'aurait même rappelé... s'il n'avait pas été le pire coup de sa vie.

C'est décidé, Jason arrête les plans d'un soir. Il aurait dû comprendre le message plus tôt, mais cette nuit avec l'inconnue aux cheveux roses l'a convaincu : plus jamais ! Du moins jusqu'à ce que l'inconnue en question s'avère être Zoé, la colocataire de son meilleur ami Loan.

Le souvenir de leur nuit catastrophique les pousse à se détester dès le début. Mais lorsque Zoé vient lui demander de l'aide, Jason lui propose un deal qu'elle ne pourra pas refuser.


Mon Avis :

Lorsque j'ai demandé ce roman en service-presse, je pensais pouvoir attendre.. Puis quand j'ai vu qu'il sortait 1 mois avant en ebook, j'ai craqué et me suis offert le ebook : trop impatiente de retrouver la plume de l'auteur. J'ai eu un tel coup de foudre, que je me suis vraiment retenue d'en parler sur les réseaux sociaux d'ailleurs. Du coup j'avais préparé ma chronique mais l'ai gardé en brouillon pour la publier maintenant. Voici donc mon ressenti de fin septembre dans un premier temps.. (Je reviendrai ensuite sur mon ressenti maintenant, après avoir relu des passages, après avoir rencontré Morgane Moncomble au Festival New Romance, après avoir appris qu'elle a reçu le Prix de la Meilleure Romance (Francophone) de l'année 2018)

Bref, c'est parti :
Je vais être plus que direct. J'ai eu un coup de cœur / coup de foudre phénoménal pour ce livre. Pour tout.

L'histoire : on ne s'attend franchement pas à autant de sujets subliment abordés et traités.. Morgane Moncomble avait déjà mis la barre très haute avec "Viens, on s'aime". Souvenez-vous, dans ma chronique l'an passé, je la comparais à Colleen Hoover... Et bien ici, c'est clair, ce n'est plus une comparaison à ce niveau, c'est juste une évidence ! Morgane Moncomble n'a même plus besoin d'être comparée à CoHo.. Sérieux, son écriture, sa plume, sa façon de superposer l'histoire de Jason et Zoé avec celle de Loan et Violette.. C'est WAOUW.. Non parce que, j'sais pas si vous savez, mais déjà, écrire 2 romans dans le même univers, ce n'est pas super évident, écrire un second, après une réussir, je pense que ça doit mettre une pression de fou.. Mais on voit que l'auteure n'a pas cherché à faire simple, comme pour raconter l'histoire d'un couple, l'année suivant la première histoire.. Non non !!
Ici, le premier tiers du roman se passe avant Viens, on s'aime.. et ensuite tout se déroule donc EN MÊME TEMPS que Viens, on s'aime.. Ce qui fait que ce qui se passait dans le premier roman, on le revit parfois dans Aime-moi je te fuis.. et avec une autre histoire, d'autres personnages.. Les événements se suivent, se croisent, on en apprend plus, bien évidemment mais vraiment, tout est hyper bien calé, et tout a donc plus de raison d'être.. les petits détails du premiers romans font mouche dans le second, et parfois des petits trucs insignifiants vont devenir énorme dans le second.. Puis surtout, on sent encore plus le mal-être que ressent Zoé du coup, puisque dans Viens, on s'aime, on la connaît à travers le regard de ses amis, et ici, on la voit sous ses propres yeux à elle.. on comprend donc encore plus, je trouve ce que les gens dans sa situation peuvent ressentir.. Je veux dire, personnellement, j'ai vraiment pris une grosse claque en réalisant plein de trucs..

D'ailleurs c'est pour ça que je l'ai adoré, c'est mon personnage préféré de ce roman je pense.. Pourtant j'ai adoré, -que dis-je ?- Je suis tombée amoureuse de Jason (mais ça, j'y reviendrai) quant à Zoé, c'est juste une super woman, que j'aimerais non seulement prendre dans mes bras pour lui faire un gros câlin, mais même plus encore.. J'aurais envie d'être elle.. C'est le genre de personne je pense, qui, m'intimiderait tellement elle est forte sans s'en rendre compte et.. bref vous voyez ? Non ? J'comprends, faut lire le livre pour le comprendre pleinement. :)

Pour Jason, c'est le Book Boy Friend parfait ! D'une patience, d'une douceur, d'un caractère, d'un humour et d'un répondant à couper le souffle.. C'est simple : à chaque fois qu'il disait quelque chose, qu'il agissait, ou pas, j'étais en mode Fangirl total !!

Un autre point qui m'a agréablement surprise !! Les flash-back de Zoé.. en général, je ne m'attache pas franchement au personnage dans son passé.. je lis mais je lis sans être en plein dedans.. je préfère les histoires du présents.. Mais là, dès le début, j'étais complètement obnubilée par l'histoire de Zoé et Sarah.. Au lieu de voir les chapitres comme des flash-back qui n'apportaient pas grand chose, ici c'était un réel gros plus pour les personnages et pour nos émotions..

Je pense que j'pourrais passer des heures en fait à vous parler de tout ce que j'ai adoré.. Car j'ai adoré chaque chapitre, chaque page, jusqu'au dernier mot !! Mais plus je vais en dire ici, plus je risque de vous spoiler, et franchement, vous me remercierez de ne pas en avoir trop dit.. car découvrir au fur et à mesure ce que nos personnages cachent, c'est tellement fort comme sensation..

Bref, si j'ai eu un presque coup de cœur pour Viens, on s'aime.. Mon cœur est parti en vrille complet pour aime-moi je te fuis. J'ai lu environ 80 romans cette année, et j'peux vous dire que pour moi, non seulement Aime-moi je te fuis a gagné le prix de la romance francophone, mais pour moi, c'est LE roman de l'année. Le Grand, Le Meilleur de tous, universel ! Je ne veux pas spoiler, donc je ne vais pas énumérer tous les sujets traités, mais il faut savoir qu'ici il ne s'agit pas d'une simple romance, comme pour Viens, on s'aime. Ici c'est puissance 1000.. J'ai ri, j'ai eu les larmes aux yeux.. Non seulement certains sujets m'ont transpercé le coeur, mais les mots de l'auteures, les dialogues, les réponses que les personnages donnent parfois, les réactions.. tout ca, au moment où je lisais, j'avais comme envie de dire à Morgane Moncomble : punaiz mais c'est tellement vrai !!! C'était tellement bien abordé, mais enplus tellement bien écrit, pensé.. J'avais l'impression d'y être.. j'étais touchée, mais aussi révoltée .. Vraiment, je n'ai pas de mots pour vous dire à quel point ce roman est fort et poignant.. sensible et beau.... Punaiz, là je relis quelques passages pour la fin de ma chronique, et j'ai envie de mettre tous les livres de ma PAL en attente pour juste relire Aime-moi je te fuis .. J'pense d'ailleurs le relire avant la fin de l'année !

Bref, 
Je n'ai qu'une chose à dire maintenant : Vivement un autre roman de cette auteur ! Vite, vite !!! Avant j'attendais les Colleen Hoover.. mais ça, c'était avant !!

 
Dédicace de Morgane Moncomble au Festival New Romance 2018 ^^


Je remercie les éditions hugoRoman pour ce service-presse.

💕 Ma Note : 20/20 💕



Extraits :Je ne bouge pas, morte de honte. Qu’est-ce qui vient juste de se passer ? Tous les yeux sont rivés sur nous. Sur moi. Je comprends que je viens de trébucher sur ma robe longue, manquant de dévaler les marches en roulé-boulé.
 Jason est immobile, jaugeant ma réaction. Je suis très consciente du fait que ma robe vient de se déchirer le long de ma cuisse, dévoilant mes jambes nues aux yeux de tous. Certaines filles hoquettent de stupeur tandis que d’autres cachent leur grimace d’une main. Un photographe immortalise la scène et je prie pour mourir d’une crise cardiaque. Tout mais pas ça.
 Tout le monde peut voir tes cuisses épaisses. Vous n’avez pas votre place ici, toi et tes vergetures. C’est alors que Jason s’agenouille et déchire complètement le tissu avant de le fourrer dans sa poche. Je me retrouve avec une minirobe improvisée, les genoux flageolants, tandis qu’il se redresse. Son sourire est éclatant.
 — Quand on a des jambes de déesse, il faut les montrer, pas vrai ? dit-il haut et fort.
— Ouais, c’est ça.
 — Pardon ?
 Il a dû entendre l’agressivité dans mon ton car il fronce les sourcils.
 — C’est juste que… t’es trop belle pour être lesbienne. Enfin, tu ressembles à une vraie fille, quoi.
 Je presse les yeux en m’adossant à la porte, fatiguée, et ramasse le jean de Damien. Je déteste les gens. Je déteste cette société où les femmes doivent être belles pour les hommes et sinon, n’ont qu’à devenir gay. Je déteste que des idiots comme Damien pensent qu’être lesbienne ça veut dire avoir les cheveux courts et s’habiller comme un mec. Mais surtout, je déteste qu’on croie encore à ce mythe de la « vraie femme » 
— Putain, Zoé, je me sens désemparé, là. J’ai envie de te dire des millions de choses après ce que tu viens de me confier, mais j’ai peur de sortir une nouvelle connerie et que tu m’en veuilles.
 — Peu importe. Dis ce que tu as à dire. Je n’aurais pas dû te crier dessus comme ça.
 — J’ai envie de te dire que je suis désolé, même si je n’y suis pour rien, et que tu es aimée. Tellement. Et si ta famille ne t’a pas aimée comme elle l’aurait dû, alors qu’elle aille se faire foutre. Regarde-moi : j’ai été élevé et aimé par des gens qui n’ont aucun lien de parenté avec moi. Pourtant, ce sont mes parents. Ce sont mes sœurs. Je pourrais crever pour eux. La famille, ce n’est pas ton sang. Ce sont ceux que tu choisis : Loan, Ethan, Violette, Tiago…
 — Toi ?
 Je la regarde intensément.
 — Moi aussi, dis-je enfin. Je suis ta famille
 
Oh merde. Absolument tout le monde me reluque avec choc et confusion. Je m’apprête à leur dire que je me suis trompée de jardin quand je remarque quelqu’un me rejoindre.Jason nage doucement jusqu’à moi, vêtu de son fameux costume, et me tend la main. Son expression est fermée. Je n’ai jamais été aussi humiliée de ma vie et je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. Qu’est-ce qui m’a pris ?
 — Viens, me dit-il, dans le silence pesant. Tu t’es fait mal ?
 Je veux lui dire que je suis désolée, mais je réussis seulement à secouer la tête. Il semble soulagé.
 — Elle n’a rien ! s’exclame-t-il tout haut, un sourire de connivence sur les lèvres. Vraiment désolé pour cette interruption. Il faut dire que chez les Delaunay, les jolies femmes tombent souvent du ciel
— Je suppose qu’avec les enfants, c’est difficile.
 — C’est surtout qu’elle est idiote, rétorque Ophélie avec une force qui me surprend. Je ne comprends pas comment on peut rester auprès d’un homme qui nous frappe. Aujourd’hui, il y a des aides pour les femmes battues ! Si elle reste malgré tout ça, elle tend le bâton pour…
 — Je t’en supplie, ne finis pas cette phrase.
 Toutes les têtes se tournent vers moi. Je n’ai pas voulu l’interrompre si sèchement. Je suis juste tellement choquée par ses propos que ma bouche se rouvre avant que je ne puisse l’en empêcher :
 — Je te trouve géniale, Ophélie, mais je t’interdis de dire qu’une femme battue tend le bâton pour se faire battre sous prétexte qu’elle reste. Tu crois que ta cousine le fait parce qu’elle adore se prendre des coups sur la tronche ? Tu crois que ça l’excite ? Tu crois qu’elle s’est sentie comment, en t’avouant ce qu’elle vit ? Certes, tu ne peux rien faire si elle refuse ton aide. Mais si des milliers de femmes restent, ce n’est pas parce qu’elles sont idiotes. C’est parce que, parfois, c’est trop dur. Parfois, on aime et on s’accroche à ce putain d’espoir que tout redeviendra comme avant. Parfois on se prend un poing sur l’œil puis le lendemain on est traitée comme une princesse ; alors on passe l’éponge… Tant que tu ne l’as pas vécu, tu n’as aucun droit de juger, et encore moins le droit de justifier les violences conjugales par le fait que certaines victimes restent, au même titre qu’une femme en jupe n’appelle pas au viol.
Je m'arrête là dans les extraits. J'en ai une trentaine dans ma liseuse mais plus je réfléchi pour sélectionner, plus j'ai envie de lire TOUT le livre... xD

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...